Le Devoir nous apprend ce matin que l’homme de théâtre Wajdi Mouawad mettra en scène l’ex leader de Noir Désir, Bertrand Cantat, dans une trilogie de spectacles de Sophocle.

Comme le dit fort bien Luc Boulanger:

 « (Mouawad) a sûrement ses raisons pour collaborer avec l’interprète de la chanson Le vent nous portera sur ce projet théâtral dans lequel des héroïnes contestent le pouvoir et la force destructrice des hommes. »

Certains, comme Patrick Lagacé, critiquent cette décision.  Comme vous le savez sûrement, Cantat a été reconnu coupable du meurtre de sa conjointe, l’actrice Marie Trintignant, et purgé une peine de 7 ans de prison. Le groupe Noir Désir a bien tenté un retour, après la sortie de prison de Cantat, mais s’est finalement dissout en 2010.

L’homme a payé sa dette à la société, comme on dit. Si on croit en la réhabilitation, doit-on lui donner une chance et lui « pardonner » son crime? N’y a-t-il pas comme un malaise?

Achèterez-vous des billets pour ce spectacle, ou un disque solo de Cantat?